mardi 29 décembre 2009

Trois petits tours et puis s'en va.


"Je suis étranger dans ma ville" , m'a-t-il écrit... Et c'est à partir de là que tout a commencé. C'est à ce moment là que ça s'est déclenché dans ma petite tête.
"Ma ville?" , me suis-je demandé. Est-ce que je peux comprendre son sentiment? Quelle est ma ville à moi? Est-ce que je me sens aussi étrangère dans ma propre ville à moi?
Je suis revenue quelques années en arrière, les années lycées. C'est pendant cette période là que j'ai commencé à avoir mon indépendance et que j'ai pu comprendre beaucoup de choses.
Je me revois marcher dans les rues de la Médina, découvrir ces yeux posés sur moi, alors que je n'en avais pas l'habitude, écouter des commentaires débiles, des "pssst", des "tu es mignonne", des "c'est quoi ton numéro de téléphone?".
Encore une fois (et j'y reviens toujours), je me dis que ça ne peux pas être vrai. Que ces personnes ne font que passer le temps et ne s'intéressent pas vraiment à moi.
Je me souviens aussi - et très bien même - de ces beaux visages que j'ai pu croiser dans ma ville. Je me souviens, et je n'oublierai jamais, comment je devenais toute rouge lors d'un sourire ou d'un regard volé. Evidemment, on ne s'arrête pas. Non, une fille polie et bien élevée ne parle pas aux inconnus. Pffff... Tant pis, la vie m'a appris à ne plus y croire. Et c'est tant mieux!
Je n'oublierai pas non plus ce milieu que j'ai découvert pendant mon adolescence. Ces jeunes rockeurs vêtus de noir, cette musique qui m'a rendue rebelle, qui m'a fait connaitre une nouvelle langue et qui m'a fait réfléchir.
A l'époque, je passais du SOAD à du Gérard Lenorman. Je criais des mots crus et trash et je chantais l'amour. Je m'enfermais dans ma chambre à écrire .......
je m'éloigne du sujet ...... je ressors à la rue.
Je me vois marcher dans l'avenue Habib Bourguiba, la fameuse avenue située en plein Tunis. Et Dieu seul sait combien de fois j'y ai marché. Des années...
Dans ma tête je me vois petite, à l'école primaire, avec mon père, mon frère et ma soeur, mon cartable sur mon dos, bourré de livres, d'expériences, de rêves... Je me sens si petite dans ce monde que je ne comprends pas. Je tiens la main de mon père et je marche.
Puis je grandis... de taille seulement. Je garde mes rêves, mes expériences, et ce sac bourré de livres. Je ne tiens pas la main de mon père, je capture ses gestes, je mémorise ses phrases. J'apprends.
Encore plus tard, toujours les mêmes rêves, encore plus d'expériences et un sac plus petit. Pas de place pour une tonne de livres. Ils ne m'intéressent pas. Par contre plus de feuilles volantes, plus de dessins, de poèmes et de pensées. J'écris partout où je vais.
Il n'y a plus mon père pour me guider. Je suis seule, avec ma musique pour seul compagnon lorsque les amis ne sont pas là.
J'ai cette image de moi marchant le long de cette avenue le soir, au milieu des lumières tristes de la ville et de la foule qui marche à contre-sens. Je me réchauffe en glissant ma tête dans mon écharpe. Je chantonne des chansons qui me touchent. J'observe...
Ma ville, c'est ma vie. Là est la réponse. Aujourd'hui encore je marche dans cette même rue et il m'arrive même de croiser des têtes que j'ai croisé à plusieurs reprises, que je vois grandir tout comme il m'est arrivé à moi. Et je me dis que je dois beaucoup à cette petite ville...

Aujourd'hui encore j'y marche, toujours en chantonnant secrètement les mêmes chansons d'autrefois. Et je souris...

vendredi 4 décembre 2009

Life is unfair....


No, I am not going to start singing the Malcom In The Middle's song, or give you never-ending lessons about life and what you should do.
It is just that some thoughts has came suddenly to my mind while I was talking to a friend. We were talking about our lives, our projects, when he asked me this question that made my heart beating so fast all of a sudden : " Do u think it's fair to get only one chance?"...
I am writing so fast right now, I don't want to miss this inspiration that suddenly has came to me. I've been thinking about the life. I had so many flashes on my head, in front of my eyes.
I thought of these people that didn't chose to have the life that made them suffer. I remembered these persons that had to live without the one they love. And only for this, I'd say that life is unfair. I do think that anyone has the right to have another chance.
Our life depends on a very thin string, that can be broken at any occasion, any tear, any word, any breath... How many times did you regret saying something? How many times did you wish to go back in time and change, even one second?
Unfortenately, we're prisoners of life and its physical rules. All we think about is running, running and running again... against time. But did you ever ask yourself where this race against the hours will take you at the end?
Well, don't expect any answer or "analyze" for this, because I don't know it myself...
All I know is that " life is like a plastic cup to be used and then disposed of..."

dimanche 29 novembre 2009

Je ne sais faire que ça, je chante.


Une nuit, une inspiration, une guitare, une voix pauvre et des accords mals faits! Here is my messy composition!


(en attendant de trouver un refrain ... tout de même ^^)
video

lundi 23 novembre 2009

Ms. Bell's Song

Ma journée vient de commencer. Ms Bell me demande ce qui me rend heureuse, ce qui me rend confuse, all the time. Elle me dit que Crying doesnt make it easier, et elle a bien raison. Que To laugh doesnt always feel right...

It's time. Time makes it all harder.
Ma journée, c'est Ms Bell's Song.

samedi 21 novembre 2009

Almeno tu nell'universo.


Après deux mois de son départ, c'est la première fois que je pleure son absence. Il vient de m'écrire, il me dit qu'il se sent trop fatigué et trop seul, et je me sens tout à fait pareil de l'autre coté de la méditerranée. Pourquoi devrons-nous être loin l'un de l'autre? J'ai cru que je pourrai être forte et que vivre sans lui ne changerai rien à ma vie, mais non. Bien sur que non. Il EST toute ma vie. Et je ne peux pas lui dire tout ça, je ne veux pas qu'il soit triste à cause de moi. Ce n'est que maintenant que je me rends compte que mon père ne sera plus là pour me consoler lorsque je pleure... J'en ai marre, je veux m'en aller d'ici, j'en peux plus .

dimanche 15 novembre 2009

This is my brain


Avant, je passais de longues heures à écrire, penser, rêver. Mais plus maintenant. Aujourd'hui je ne réfléchis plus. J'ai l'impression que mon coeur ne bat plus comme avant. J'ai de moins en moins de ces pincements au coeur qui font mal, mais qui me font du bien à moi.
Ecrire me permettait d'être vidée. Je me sentais libre. J'aime ces moments en tête à tête avec moi-même.
Je sens que je ne réalise plus ce qui m'arrive depuis quelques années. Des personnes s'en vont, d'autres viennent les remplacer, puis partent à leur tour et d'autres reviennent... et moi j'observe. Je n'éprouve pas de sentiment extrême. Je me contente de regarder et c'est tout. J'attends de voir ce qui se passera ensuite.
è tutto.

vendredi 13 novembre 2009

What A Lovely Way To Burn...



Je te vois dans mes rêves. tu es là, à coté de moi. tu me tiens la main, me souris.
Dans mon rêve, il y a mon entourage. mes amis et ma mère. Et il y a toujours cette crainte de se faire surprendre. Tu me tiens par les hanches, elle nous voit. On fait semblant de rien.
Dans mon rêve, tu disparais tout d'un coup. Ma mère est là. Elle sait qui tu es. Elle me parle de toi. Je fais semblant de rien.
Mon rêve est interrompu. Le téléphone sonne. Il est tout content. Il laisse parler son coeur.Je fais semblant de rien.
Après mon rêve, je me pose des tas de questions. Pourquoi toi? Où est-il? A quoi joue mon subconscient?
Je n'en sais rien et je continue de faire semblant de rien...